intéresser


intéresser

intéresser [ ɛ̃terese ] v. tr. <conjug. : 1>
XVI e; « faire tort à » 1356; de intérêt, d'apr. lat. interesse
I
1Vx impliquer. « Dans vos secrets discours étais-je intéressée » (Racine ).
2(Choses) Mod. Avoir de l'intérêt, de l'importance pour (qqn, qqch.). concerner, regarder, 1. toucher (cf. Avoir rapport, avoir trait à). Cette loi intéresse l'ordre public, intéresse les étrangers résidant en France. Des « fractures qui intéressent l'articulation » (Goncourt).
3Éveiller et retenir l'attention de (qqn); constituer un objet d'intérêt pour. Ce film nous a beaucoup intéressés. captiver, passionner; fam. accrocher, brancher. Tes petites histoires n'intéressent personne. Votre offre m'intéresse. (Personnes) « les gens que nous aimons ou qui nous intéressent » (Larbaud). Les femmes ne l'intéressent pas (sexuellement). Iron. Continue, tu m'intéresses ! (cf. Cause toujours !) .
4Toucher, tenir à cœur. « la misère d'un vieillard n'intéresse personne » (Hugo). Ton avis m'intéresse. 2. importer.
5 ♦ INTÉRESSER QQN À QQCH., faire prendre goût, intérêt à. Ce joueur professionnel l'a intéressé au basket. Absolt Il ne sait pas intéresser les élèves.
6Associer (qqn) à un profit. Intéresser les travailleurs dans une affaire. Être intéressé aux bénéfices.
7Intéresser une partie : jouer de l'argent.
II ♦ S'INTÉRESSER v. pron. Prendre intérêt. S'intéresser à qqn, à ce que fait qqn. se préoccuper. S'intéresser à une science, à un sport. aimer, cultiver, pratiquer. S'intéresser à tout (cf. Être curieux de tout). « les choses sont intéressantes dans la mesure où nous nous y intéressons » (Duhamel). Il finira bien par s'intéresser aux filles. ⊗ CONTR. Ennuyer. Dégoûter (de). — Désintéresser (se), moquer (se).

intéresser verbe transitif (latin interesse, importer) Concerner quelqu'un, quelque chose : Cette mesure intéresse les agriculteurs. Éveiller et retenir l'attention de quelqu'un : Le film m'a intéressé. Convenir aux besoins de quelqu'un, à son désir, à ses moyens financiers : Cet appartement m'intéresse. Faire naître chez quelqu'un un intérêt pour quelque chose ou pour quelqu'un : Réussir à intéresser des élèves aux mathématiques. Associer quelqu'un à quelque chose, à une entreprise, en le faisant participer à certains profits, bénéfices, en particulier financiers : Intéresser les travailleurs aux bénéfices. Rendre un jeu, une partie plus intéressants par la perspective d'un gain ; jouer de l'argent. ● intéresser (difficultés) verbe transitif (latin interesse, importer) Orthographe Avec un seul r. Emploi La sécheresse intéresse en ce moment plusieurs régions (= les touche, les concerne). Cet emploi est correct bien qu'il soit ressenti parfois comme un néologisme de sens et, à ce titre, critiqué. Remarque L'emploi du verbe intéresser avec pour sujet un nom désignant une chose fâcheuse ou néfaste est ancien. La langue classique disait, au sens de « faire tort, porter atteinte à » : « Heureux qui se laisse aller à la tendresse de ses sentiments, sans intéresser sa vertu par les dernières complaisances »(Saint-Évremond). La langue médicale dit dans un sens analogue : une blessure qui intéresse le foie (= qui le touche, l'affecte). ● intéresser (expressions) verbe transitif (latin interesse, importer) Familier. Continue, tu m'intéresses, se dit, ironiquement, à quelqu'un pour lui faire savoir qu'on se moque de ce qu'il dit. ● intéresser (synonymes) verbe transitif (latin interesse, importer) Concerner quelqu'un, quelque chose
Synonymes :
Éveiller et retenir l'attention de quelqu'un
Synonymes :
Contraires :
- barber (familier)
- déplaire
- embêter
- exaspérer
Faire naître chez quelqu'un un intérêt pour quelque chose ou pour...
Synonymes :
Contraires :
- dégoûter
- détourner

intéresser
v.
rI./r v. tr.
d1./d Retenir l'attention, susciter l'intérêt de (qqn). Ce sujet m'intéresse.
d2./d Inspirer de la bienveillance. Ses malheurs n'intéressent personne.
d3./d Concerner (qqn, qqch). Loi qui intéresse les propriétaires.
d4./d Faire participer (qqn) aux profits d'une entreprise. être intéressé dans une affaire.
rII./r v. Pron. Prendre intérêt à (qqch). S'intéresser aux arts.

⇒INTÉRESSER, verbe trans.
I. — [Correspond au sens vx de intérêt « dommage »] Atteindre, endommager (un organe) :
1. La baïonnette avait traversé le bras, près de l'épaule droite; et le pis était qu'elle avait pénétré ensuite entre deux côtes, intéressant sans doute le poumon. Pourtant, le blessé respirait sans trop de difficulté.
ZOLA, Débâcle, 1892, p. 609.
II. — [Correspond à intérêt I]
A. — Qqc. intéresse qqn (individu, groupe ou institution). Être important, avoir de l'intérêt, des conséquences pour quelqu'un. Synon. concerner, toucher, avoir rapport à. Dans aucune science les progrès n'intéressent autant l'humanité que les progrès de la médecine (Cl. BERNARD, Princ. méd. exp., 1878, p. 258). Il lui en coûtait beaucoup, à la pauvre petite, de garder un secret; mais elle ne le livrait à personne, parce que ce secret intéressait de la façon la plus intime la marquise (BOYLESVE, Leçon d'amour, 1902, p. 167). Je révélais donc que des raisons importantes et secrètes m'appelaient à Dijon, qui intéressaient la France et peut-être l'humanité (SARTRE, Mots, 1964, p. 90) :
2. ... ma mère me sourit avec cette légère émotion dont, depuis qu'elle avait perdu sa mère, se revêtait pour elle tout événement, si mince qu'il fût, qui intéressait des créatures humaines capables de douleur, de souvenir, et ayant elles aussi leurs morts.
PROUST, Fugit., 1922, p. 657.
P. anal. Intéresser la santé, les besoins de qqn; questions, documents qui intéressent la Sûreté de l'État. Toutes les occasions qui intéressent l'honnêteté (CHAMFORT, Max. et pens., 1794, p. 52). Les critiques de mon correspondant intéressent tout le système de pensée dont ce livre est le signe visible (J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p. 13). — Ce que vous venez de me dire n'intéresse pas directement l'affaire et ne figurera pas au dossier (VERCEL, Cap. Conan, 1934, p. 156).
En partic. [Le compl. désigne un organe] L'odorat intéresse plus directement les viscères de respiration et de nutrition auxquels il est lié par la continuité des tissus (ALAIN, Propos, 1921, p. 270).
B. — Qqn (ou qqc.) intéresse qqn à qqc., dans qqc.
1. Faire que quelqu'un soit concerné par quelque chose, qu'il y ait intérêt; l'impliquer dans quelque chose, le mêler à quelque chose (généralement pour qu'il agisse, intervienne). Il avait horreur des momeries et il ne pouvait tolérer qu'on intéressât Dieu à des bagatelles (FRANCE, Étui nacre, Mém. vol., 1892, p. 186). Impossible d'emménager, parce que (...) le locataire actuel refuse de « vider les lieux ». Le gérant refuse d'agir. Il va falloir que j'intéresse la justice à cette sotte histoire et je me sens tout à fait ridicule (GREEN, Journal, 1939, p. 216) :
3. ... nous avions fait le nécessaire pour intéresser directement les Américains à la sécurité de l'Afrique française libre. Le 5 juin, je remettais au Ministre des États-Unis au Caire un mémorandum faisant ressortir que l'Afrique devrait être un jour une base de départ américaine pour la libération de l'Europe...
DE GAULLE, Mém. guerre, 1954, p. 158.
Emploi pronom. réfl.
S'intéresser à qqc. Se mêler (d'une affaire), intervenir (dans une affaire). Ce n'était que le prétexte. Sa visite avait un post-scriptum. Il est amoureux (...) et il me prie de m'intéresser à son mariage (AUGIER, Effrontés, 1861, p. 338).
S'intéresser pour qqn (vieilli). Intervenir en sa faveur. Le stoïque Brutus, ayant quelqu'affaire commune avec ce concussionnaire, s'intéresse pour lui auprès de Cicéron, qui ne peut s'empêcher d'en être indigné (CHATEAUBR., Génie, t. 2, 1803, p. 583).
S'intéresser pour + inf. (vieilli). Intervenir dans un certain but. J'ai pensé que lorsque le ciel aura disposé de moi, vous pourriez vous intéresser pour faire entrer mon enfant auprès de quelque personne honnête et charitable (SÉNAC DE MEILHAN, Émigré, 1797, p. 1663). S'étonnera-t-on maintenant de la réponse du Cardinal de Richelieu à M. le Prince, qui s'intéressait près de lui pour procurer la liberté de M. de Saint-Cyran (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 2, 1848, p. 24).
P. anal. Intéresser qqc. à, dans qqc. Faire participer, associer. Le vieil hébreu, qui tournait en même temps sur tous les points de l'auditoire un œil aussi brillant que mes escarboucles, (...) mais en évitant soigneusement d'intéresser la partie inférieure de son corps dans cette inspection circulaire (NODIER, Fée Miettes, 1831, p. 131).
Emploi pronom. Plus l'effort de tension des cordes vocales est considérable dans la voix de poitrine, plus grande est la surface du corps qui s'y intéresse chez le chanteur inexpérimenté (BERGSON, Essai donn. imm., 1889, p. 46). De plus en plus le train se précipite (...) ça défile de chaque côté à toute vitesse (...). Mais, le plus apparent de la nuit : le large ciel, ne s'intéresse pas à cette vitesse; et quand il lève la tête, le chauffeur se sent désagréablement immobile (GIONO, Poids du ciel, 1938, p. 120).
2. Associer quelqu'un (à une affaire, une entreprise), lui donner une part (dans une affaire), le faire participer (aux bénéfices). Ce garçon (...) sortait d'une maison de parfumerie où l'on avait refusé de l'intéresser dans les bénéfices (BALZAC, C. Birotteau, 1837, p. 56). Mais pour qu'elle épousât Gamelin, il aurait fallu que M. Blaise fît un sort à ce gendre pauvre, l'intéressât dans la maison (FRANCE, Dieux ont soif, 1912, p. 36). Il voyait même là-dedans des traces de philanthropie car oui certes il intéresserait le vieux dans la nouvelle combinaison (QUENEAU, Loin Rueil, 1944, p. 104) :
4. ... Métivier obtiendrait des traités avec les principaux journaux de Paris, dont la consommation s'élevait alors à deux cents rames par jour. Cointet intéressa naturellement Métivier, dans une proportion déterminée, à ces fournitures, afin d'avoir un représentant habile sur la place de Paris...
BALZAC, Illus. perdues, 1843, p. 745.
Emploi pronom. réfl. À Paris tout employé (...) joint les fruits d'une industrie aux produits de sa place afin de pouvoir exister. Il fait comme monsieur Saillard, il s'intéresse à un commerce en baillant des fonds (BALZAC, Employés, 1837, p. 71).
En partic., vieilli. Payer sa part (d'une charge). L'invitation (...) leur a été faite en son nom, de s'intéresser dans la contribution patriotique (Le Moniteur, t. 2, 1789, p. 503).
III. — [Correspond à intérêt II]
A. — Qqc. intéresse qqn. Avoir une importance subjective pour quelqu'un, lui tenir à cœur. Mes affaires devaient intéresser Sara comme moi-même (RESTIF DE LA BRET., M. Nicolas, 1796, p. 90). Vous avez raison, quand vous me trouvez heureux de l'exercice d'un art qui m'amuse et m'intéresse réellement (DELACROIX, Journal, 1851, p. 440) :
5. La pêche m'intéresse pas, je te dis! C'est la chasse, je vas te dire, c'est le lapin qui m'intéresse.
GENEVOIX, Raboliot, 1925, p. 197.
Tournure impers. Il ne nous intéresse pas de vaincre, mais de comprendre. Nous préférons nous instruire que persuader (J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p. 254). J'ai rencontré votre père la semaine dernière. Est-ce que ça vous intéresse encore d'avoir de ses nouvelles? (SARTRE, Mains sales, 1948, 4e tabl., 4, p. 145).
B. — Retenir l'attention de quelqu'un en répondant à ses penchants, sa curiosité, ses désirs. Synon. amuser, captiver, passionner; anton. ennuyer, laisser indifférent.
1. Qqc., qqn intéresse qqn. [Le suj. désigne la source de l'intérêt] La logique m'intéressa beaucoup, surtout sur les questions de certitude. Mais ce fut la métaphysique qui m'enleva (DUPANLOUP, Journal, 1876, p. 34). Je sens que je n'intéresse plus mon temps, que l'heure est passée où j'occupais l'attention du public (GONCOURT, Journal, 1894, p. 681). Les questions qui intéressent les chroniqueurs et passionnent les romanciers sont celles qu'il [l'historien] laisse le plus volontiers de côté (SOREL, Réflex. violence, 1908, p. 63) :
6. ... le plus impassible des écrivains (Leconte de Lisle ou Gustave Flaubert) peut intéresser [it. ds le texte] violemment ceux qui savent lire. Mais M. Coppée nous retient encore par d'autres raisons secrètes.
LEMAITRE, Contemp., 1885, p. 93.
Par antiphrase, fam. Continue, tu m'intéresses (expression marquant le peu d'intérêt qu'on accorde aux propos de quelqu'un). — Continue, tu nous intéresses, dit Petit-Pouce qui, plus âgé que les deux autres, employait parfois des expressions démodées (QUENEAU, Pierrot, 1942, p. 130).
Expr. Ce qui intéresse (qqn) dans qqc., chez qqn, c'est... Ce qui nous intéresse chez Malraux, c'est l'attitude intérieure (MAURIAC, Journal 2, 1937, p. 148). Stendhal (...) est un romancier de l'ambition bien plus que de l'amour. Ce qui l'intéresse dans l'amour, c'est la conquête (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 108).
[Avec effacement du compl. d'obj.] Un sujet intéressant ne peut parvenir à intéresser quand il est traité par une main malhabile : ce qui semble au contraire le moins fait pour intéresser intéresse et captive sous une main savante et grâce au souffle de l'inspiration (DELACROIX, Journal, 1857, p. 47). V. article ex. 5.
Intéresser + compl. second. indiquant la caractéristique qui attire l'attention sur qqc. ou qqn. Il compare Walter Scott, qui intéresse par les conversations et les descriptions, à Scarron qui met tout en action (GONCOURT, Journal, 1860, p. 694). Je suivais Justine dans ses travaux quotidiens avec une curiosité qui ne se lassait jamais. (...) Justine m'intéressait par ses façons guerrières et parce que toutes ses entreprises domestiques prenaient le caractère d'une lutte incertaine et terrible (FRANCE, Pt Pierre, 1918, p. 213).
[P. méton., le compl. d'obj. désigne une faculté, un sentiment, un attribut de la pers.] Faire impression (sur cette faculté) et provoquer une réaction d'intérêt. Intéresser la curiosité, la pensée, les regards. Mille bibelots précieux, statuettes de métal et d'ivoire, assiettes peintes, pendules en forme de temples ou de lyres, intéressent les yeux (ADAM, Enf. Aust., 1902, p. 104) :
7. Tout cela crée, en face de l'intellectuel sensible, un univers tout en profondeurs que sa jalousie voudrait sonder et qui ne sont pas sans intéresser son intelligence.
PROUST, Fugit., 1922, p. 616.
2. [Le suj. désigne une pers. dont l'action, les œuvres retiennent l'attention de qqn]
a) Qqn intéresse qqn. Le philosophe intéresse le peuple, lorsque toutefois il réussit à s'en faire comprendre, le poète le touche et l'enchante (PROUDHON, Guerre et Paix, 1861, p. 58).
Intéresser + compl. second. indiquant le moyen (le compl. d'obj. peut être effacé). Il intéresse avec des chiffres (...). Les questions financières sont par elles-mêmes aussi intéressantes que toutes les autres grandes questions (FRANCE, Vie littér., 1888, p. 19).
[P. méton., le compl. d'obj. désigne une faculté] L'auteur (...) a entrepris d'intéresser vigoureusement l'attention avec un sujet en apparence aussi monotone que la description d'une ivresse (BAUDEL., Paradis artif., 1860, p. 391).
b) Qqn intéresse qqn à qqc. [Le compl. second. précise l'objet de l'intérêt] Amener quelqu'un à prendre intérêt, goût à quelque chose. Intéresser qqn à ses découvertes, à des études, à une lecture, à un livre, à un auteur, à une activité, à un sport. Elle imaginait des moyens de me distraire, de m'étourdir, de m'intéresser à des occupations sérieuses et de m'y fixer (FROMENTIN, Dominique, 1863, p. 198). Il essayait d'intéresser les officiers à ses doléances politiques. Il constatait chez eux une parfaite indifférence pour tout ce qui le passionnait (VOGÜÉ, Morts, 1899, p. 264). Ne pouvant l'intéresser à mes travaux, de toutes mes forces je m'intéresse aux siens (RENARD, Journal, 1901, p. 687) :
8. Pour intéresser un Français à un match de boxe, il faut lui dire que son honneur national y est engagé; pour intéresser un Anglais à une guerre, rien de tel que de lui suggérer qu'elle ressemble à un match de boxe.
MAUROIS, Silences Bramble, 1918, p. 10.
[Avec effacement du compl. d'obj.] Une œuvre est faite par une multitude « d'esprits » et d'événements (...). Il faut ruser ici; et là, passer; il faut retarder, éconduire, supplier de venir, intéresser à l'ouvrage (VALÉRY, Litt., 1930, p. 109).
[P. méton., le compl. d'obj. désigne une faculté de la pers.] Je me tâte, je me pince, je cherche à exciter ma pensée, à l'intéresser à quelque chose (MAINE DE BIRAN, Journal, 1816, p. 139).
Intéresser + compl. second. indiquant le moyen. D'où lui viennent [à l'homme] tous ces soins d'orner ses habitations, et d'y intéresser sa vue par mille objets d'agrément et de surprise? (SAINT-MARTIN, Homme désir, 1790, p. 153).
c) Emploi pronom. réfl.
S'intéresser à qqc. S'intéresser à une discussion, à un jeu, à une lecture, à un objet, à la politique, à son travail, à tout, aux progrès de la science. Aucun plaisir ne me trouve indifférent : je m'intéresse à mon allée de pommiers, à mes plants de framboises, à mes carrés de légumes. Un rien m'occupe, un rien me charme (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 451). Malheureusement, je n'ai jamais pu m'intéresser à la métaphysique (FRANCE, Pt Pierre, 1918, p. 9). Brichot ne soupçonnait pas qu'on pût s'intéresser à une robe et à un jardin comme à une œuvre d'art (PROUST, Sodome, 1922, p. 1056) :
9. — ... Il ne sera répondu à aucune demande si elle n'est pas exprimée dans la langue de Disraëli (...). Telle est la meilleure méthode pour contraindre les enfants à s'intéresser aux langues étrangères.
H. BAZIN, Vipère, 1948, p. 48.
[Avec une prop. rel.] Brusquement elle sembla commencer à comprendre et à s'intéresser à ce que je m'efforçais de lui enseigner depuis tant de jours (GIDE, Symph. pastor., 1919, p. 889). Je ne m'intéresse pas à ce que sont les gens, je m'intéresse à ce qu'ils font (MALRAUX, Espoir, 1937, p. 573).
S'intéresser + prép. + inf.
S'intéresser à. Je m'intéresse à voir en vous l'image de la jeunesse (TOCQUEVILLE, Corresp. [avec Gobineau], 1843, p. 43). Charles d'Este s'intéressa à les considérer [les masques] longuement (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p. 195).
S'intéresser de (vieilli). À peine débarquée de Russie, elle [la princesse Marina] ne s'intéressait que de connaître les adresses des fournisseurs élégants (BARRÈS, Enn. Lois, 1893, p. 45).
Absol. Impossible de demeurer assis devant un papier ou un livre, je ne comprends plus, je ne m'intéresse plus, impossible d'écrire (GIDE, Corresp. [avec Valéry], 1894, p. 207). Mon intelligence pourrait s'intéresser ailleurs qu'en Lorraine, mais mon cœur y demeure tout (BARRÈS, Cahiers, t. 3, 1904, p. 268).
C. — Éveiller chez quelqu'un un sentiment de bienveillance, de sympathie, de pitié ou, en particulier, un sentiment tendre proche de l'amour.
1. Qqn, qqc. intéresse qqn. [Le suj. désigne la pers., la chose qui est l'objet de l'intérêt] Synon. émouvoir, toucher; anton. laisser froid, indifférent. Un procès qui intéresse toutes les âmes sensibles et toutes les familles doit aussi fixer leur attention (Le Moniteur, t. 2, 1789, p. 341). Émigration, mendicité, abattement moral, dégradation (...). Le mari et la femme demandant ensemble, tirant parti de leurs jolis enfants pour intéresser le voyageur (MICHELET, Journal, 1834, p. 123). Restez donc, jeune homme (...). Vous en serez quitte pour écouter cette pauvre femme et elle vous saura gré d'un petit moment de complaisance; elle se doute bien que ses malheurs n'intéressent personne (BECQUE, Corbeaux, 1882, III, 5, p. 178) :
10. Je ne sais si votre altesse s'est aperçue à quel point cette dame ici présente est éprise de nous. Une complaisance du cœur. Un tendre sentiment (...). On intéresse facilement ces dames un peu fortes qui commencent à prendre de l'âge.
CLAUDEL, Soulier, 1944, 2e part., 5, p. 1062.
[Avec effacement du compl. d'obj.] Je suis toujours dans le même état (...). Assez atteint toutefois pour intéresser (VERLAINE, Corresp., 1887, p. 217).
Intéresser + compl. second. indiquant la particularité qui suscite l'intérêt. Celle-ci vous intéressera par ses malheurs, elle paraîtra la plus douce et la moins exigeante des femmes (...). Celle-là tentera de vous intéresser par sa soumission (BALZAC, Lys, 1836, p. 168). Beaucoup de visages intéressent d'abord par des signes, offrant au premier regard une bonté, une finesse, une gravité, une attention de politesse (ALAIN, Beaux-arts, 1920, p. 231).
[P. méton., le compl. désigne le siège de l'affectivité, un sentiment] Toucher. Si j'avais paru armée de mon luxe, couverte de bijoux et d'émaux, debout sur mon char d'or, suivie de mes nombreux esclaves, j'aurais peut-être intéressé sa vanité, sinon son cœur (GAUTIER, Rom. momie, 1858, p. 289). À la Chambre, la droite catholique ne prétend plus qu'à la morale, la gauche socialiste prétend connaître l'univers, etc., la science : deux chants qui peuvent intéresser ma sensibilité, deux âmes qui croient (BARRÈS, Cahiers, t. 5, 1907, p. 119). Je veux qu'en dépit de sa bassesse vous le preniez en pitié; je veux qu'il intéresse votre cœur (MAURIAC, Nœud vip., 1932, p. 11).
2. [Le suj. désigne un fait, une particularité qui fait naître l'intérêt]
a) Qqc. intéresse qqn. Ces plaintes, quoique égoïstes en apparence, intéressaient Armance; les yeux d'Octave exprimaient tant de possibilité d'aimer (STENDHAL, Armance, 1827, p. 40). Ma figure, ma jeunesse, mon enthousiasme, mon isolement au milieu d'un pays inconnu, avaient intéressé un de mes compagnons de voyage (LAMART., Confid., Graziella, 1849, p. 137).
Absol. Sa tristesse arrangée, mais réelle, intéressait (FRANCE, Vie fleur, 1922, p. 513).
b) Qqc. intéresse qqn + compl. second. désignant l'objet de l'intérêt : une pers. ou ce qui la touche.
Intéresser pour (vieilli). Seigneur don Juan, poursuivit-elle en rougissant, je dois vous avouer que votre bravoure m'a intéressée pour vous au dernier point (MÉRIMÉE, Âmes Purg., 1837, p. 333).
Intéresser en faveur de. Il est bien étonnant, Monsieur, que vous vous permettiez de maltraiter chez moi un homme à qui j'accorde ma protection : cette conduite révoltante m'intéresse autant en sa faveur qu'elle m'indispose contre vous (GUILBERT DE PIXÉR., Coelina, 1801, I, 17, p. 23). Je résolus de profiter des moments pour tenter une dernière ressource; c'était de me présenter devant ces dames, et de m'efforcer, en leur laissant voir toute l'ardeur et la sincérité de mes sentiments, de les intéresser en ma faveur (TOEPFFER, Nouv. genev., 1839, p. 247).
Intéresser à. Toujours il conserve dans les affaires publiques les qualités qui ont rendu sa vie militaire si brillante. Ces belles et dangereuses qualités intéressent à sa destinée; on ressent pour lui des craintes que son âme intrépide ne sauroit jamais éprouver (STAËL, Allemagne, t. 3, 1810, p. 33). Seule son infâme ingéniosité m'intéressait à elle, et je la lui reprochais (BARRÈS, Homme libre, 1889, p. 206).
3. a) Qqn intéresse qqn à + compl. second. [Le suj. désigne une pers. agissant de manière à amener quelqu'un à prendre de l'intérêt pour qqn, le compl. second. désigne l'objet de l'intérêt] On me fait lire deux dépêches d'une femme, scandaleusement riche, qu'on avait essayé d'intéresser à mon sort (BLOY, Journal, 1894, p. 114). Il dit qu'il est allé à Paris et qu'il est parvenu à intéresser à votre cas quelqu'un de très bien placé (AYMÉ, Uranus, 1948, p. 158) :
11. Lorsque sa voix si douce en des sons si touchans
S'écrie : Heureux vieillard, tu conserves tes champs!
Combien il [Virgile] m'intéresse à ce vieillard champêtre!
Ce verger qu'il planta, ce toit qui le vit naître,
J'y crois être avec lui...
DELILLE, Homme des champs, 1800, p. 144.
[P. méton., le compl. d'obj. désigne le siège de l'affectivité] Je viens solliciter votre charité pour une de vos compatriotes, une pauvre artiste russe échouée à Paris, où elle se trouve dans le dernier dénuement (...). Je suis venue, sûre d'intéresser votre cœur à cette infortune (VOGÜÉ, Morts, 1899, p. 328).
b) Emploi pronom. réfl. S'intéresser à qqn, à ce qui le concerne. S'intéresser à la détresse, à la peine, au sort, aux chagrins, aux souffrances de qqn. Jeune homme, je m'intéresse à vous; je veux faire votre bonheur. Je vous prendrai pour compagnon (LAUTRÉAM., Chants Maldoror, 1869, p. 334). Jean, sans les avoir jamais vus, finissait par s'intéresser à certains blessés. Il demandait de leurs nouvelles (ZOLA, Débâcle, 1892, p. 502). Puisque vous voulez bien vous intéresser à cet enfant, lui dit-elle, grondez-le. Il vous écoutera mieux que moi. Faites-lui comprendre le tort qu'il se fait en négligeant ses études (FRANCE, Vie fleur, 1922, p. 337) :
12. Ne compte nullement qu'on s'intéresse à toi, à tes soucis, à tes inquiétudes, à tes besoins; oublie-toi, mais prouve que tu t'intéresses au bonheur du prochain.
AMIEL, Journal, 1866, p. 309.
D. — Qqn intéresse qqc.
Intéresser sa vie (rare). Donner de l'attrait à sa vie, la rendre intéressante :
13. ... madame de Rias (...) avide d'intéresser et de passionner sa vie, était moins disposée que toute autre à goûter les simples douceurs d'une mutuelle sympathie.
FEUILLET, Mar. monde, 1875, p. 20.
JEUX. Intéresser une partie. Lui donner un enjeu. Ils jouaient aux cartes, aux dés, aux dominos, gagnaient et perdaient de petits objets pour intéresser leur partie (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Aub., 1886, p. 1077). La perspective de gagner les pièces blanches destinées à intéresser la partie faisait trembler le cornet dans sa main lors des coups décisifs (BOURGET, Disciple, 1889, p. 140).
Prononc. et Orth. : [], (il) intéresse [] ou p. harmonis. vocalique à l'inf. []. Noter que devant s double l'e protonique a plus de chance de conserver le timbre ouvert (cf. BUBEN 1935, § 49, 50). [e] est donné ds Pt ROB. et ds WARN. 1968 en ce qui concerne le lang. cour. Pour les dict. anc. ds FÉR. Crit. t. 2 1787 et GATTEL 1841. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1356, 3 mars « faire tort à, compromettre » dr. les parties interessées « compromises, lésées » (Ordonnance ds ISAMBERT, Recueil gén. anc. lois fr., t. 4, p. 859); b) av. 1590 méd. « atteindre, léser un organe » (PARÉ, I, 29 ds LITTRÉ); 2. a) 1588 « retenir l'attention, captiver l'esprit, le cœur de qqn » (MONTAIGNE, Essais, III, IX, éd. A. Thibaudet et M. Rat, p. 975); 1718 interessant (Ac.); b) 1636 s'intéresser pour (qqn) « porter intérêt à quelqu'un, lui être favorable » (CORNEILLE, Cid, II, 2); 3. a) 1595 « engager envers quelqu'un; obliger, lier vis-à-vis de quelqu'un » (MONTAIGNE, Essais, I, XXI, éd. citée, p. 95); b) 1634 comm. intéressé « associé » (Déclar. nov. ds Rec. gén. anc. lois fr. t. 16, p. 415 ds KUHN, p. 162); 1675 « faire entrer qqn ds une affaire de sorte qu'il ait part au profit » (J. SAVARY, Le Parfait négociant, p. 395); c) 1666 « inspirer de l'intérêt, de la bienveillance » (MOLIÈRE, Misanthrope, II, 1); 4. 1636 intéressé « qui a un intérêt (moral), qui est concerné » (CORNEILLE, Cid, II, 3); 1748 « être de quelque importance pour, concerner » (MONTESQUIEU, Esprit des lois, XXVI, XIII ds Œuvres, éd. R. Caillois, t. 2, p. 762); 5. av. 1648 [prob. 1636] intéressé « trop exclusivement attaché à ses intérêts » (VOITURE ds Œuvres, éd. 1713 t. 1, p. 170). Dér. de intérêt d'apr. le lat. interesse, v. intérêt. Fréq. abs. littér. : 5 651. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 5 641, b) 5 683; XXe s. : a) 8 651, b) 10 971.

intéresser [ɛ̃teʀese] v. tr.
ÉTYM. XVIe; « faire tort à » (I., 1.), 1356; empr. au lat. interesse, proprt esse inter « être (esse) entre (inter) », d'après intérêt.
1 Vx. Endommager, porter atteinte à (qqch.).Spécialt. Chir. || On doit prendre garde, en faisant cette incision, d'intéresser les parties voisines (Académie).
1 L'abeille (…) tire son miel des fleurs sans les intéresser, les laissant entières et fraîches comme elle les a trouvées (…)
Saint François de Sales, Vie dévote, I, 3.
2 Vx. Faire intervenir, mêler, impliquer (qqn dans qqch.). || Intéresser qqn dans une affaire.
2 (…) si j'ai à vous blâmer (…) c'est (…) d'intéresser dans le démêlé que vous avez avec des Marets cent autres personnes (…)
Racine, Œuvres en prose, Lettre à l'auteur des Hérésies imaginaires…
3 Dans vos secrets discours étais-je intéressée,
Seigneur (…)
Racine, Bérénice, II, 4.
3 Faire participer, associer (qqn) au profit d'une affaire. || Intéresser qqn dans une affaire, un commerce (→ Associé, cit. 4). || Intéresser les travailleurs aux bénéfices de l'entreprise. || Il est intéressé aux affaires.
4 Cointet intéressa naturellement Métivier, dans une proportion déterminée, à ces fournitures, afin d'avoir un représentant habile sur la place de Paris (…)
Balzac, Illusions perdues, Pl., t. IV, p. 1049.
5 (…) pour le récompenser de travaux bien conduits et fructueux, MM. Vedel et Gayet lui déclarèrent qu'il serait, désormais, intéressé dans les bénéfices de la maison (…)
G. Duhamel, Salavin, III, XVIII.
4 (Sujet n. de chose). Être de quelque intérêt, de quelque importance, de quelque conséquence pour (qqn, un groupe, qqch.). Concerner, regarder, toucher; rapport, trait (avoir). || Décret qui intéresse les étrangers résidant en France. || Ce projet intéresse toute la région. || Cette remarque intéresse tout le monde. Appliquer (s'). || Cette décision vous intéresse au premier chef. || Loi qui intéresse l'ordre public (→ Convention, cit. 4). || Ce qui intéresse nos besoins (→ Élimination, cit. 2). || Cela intéresse ma santé (Académie). || Dépression atmosphérique qui intéresse la côte atlantique, intéressant la côte atlantique.
6 (…) les mariages étant, de toutes les actions humaines, celle qui intéresse le plus la société (…)
Montesquieu, l'Esprit des lois, XXVI, XIII.
7 (…) de bien graves fractures qui intéressent l'articulation (…)
Ed. de Goncourt, les Frères Zemganno, LXXII.
8 Les grandes démocraties se trouvent en face de problèmes redoutables qui intéressent leur existence elle-même et dont la solution est urgente.
Alexis Carrel, l'Homme, cet inconnu, I, IV.
5 Attirer, attacher (qqn) par un intérêt qui retient l'attention, captive l'esprit ou le cœur.(Sujet n. de chose). || Récit, histoire qui intéresse l'auditoire. Animer, captiver, émouvoir, passionner. || Ce film l'a beaucoup intéressé. || Ça t'intéresse, ce truc-là ? || Ça ne m'intéresse pas du tout (→ la loc. fam. C'est pas mon trip). || Ça n'intéresse personne. Cf. Tout le monde s'en fiche, s'en fout. || Tout l'intéresse.(Au passif). || Être vivement intéressé par qqch.Par ext. (Sujet n. de personne). || Auteur qui intéresse ses lecteurs (→ Chicaner, cit. 4).
9 (…) rien ne devrait nous intéresser davantage que de savoir comment est fait ce monde que nous habitons, s'il y a d'autres mondes semblables, et qui soient habités aussi (…)
Fontenelle, Entretien sur la pluralité des mondes…, Préface.
10 (…) un dictionnaire qui fonde l'usage présent sur l'histoire de la langue intéresse de plus en plus le public (…)
Littré, Dict., Préface.
Loc. fam. Continue (parle toujours; → 1. Parler, cit. 12.2), tu m'intéresses, s'emploie souvent par iron. pour marquer le peu d'importance qu'on attache à ce qui est dit.
10.1 Continue, tu nous intéresses, dit Petit-Pouce qui, plus âgé que les deux autres, employait parfois des expressions démodées.
R. Queneau, Pierrot mon ami (Livre de poche), p. 109.
Absolt. || La première condition d'un roman est d'intéresser (→ Illusionner, cit. 2).
10.2 Il faut intéresser; c'est-à-dire faire croire ou faire sentir que c'est là une affaire personnelle (…)
Valéry, Cahiers, t. II, Pl., p. 1556.
(Sujet n. de personnes). Paraître digne d'attention, de sympathie.Sans compl. || Alceste intéresse et plaît. Attacher (→ Incartade, cit. 2).Avec un compl. n. de personne. || Ces gens ne nous intéressent pas. Par ext. || Physionomie, caractère qui intéresse un peintre, un écrivain.
11 Non, c'est inutile d'essayer de voir les gens que nous aimons ou qui nous intéressent comme les indifférents les voient.
Valery Larbaud, Amants, heureux amants, p. 142.
6 (Sujet n. de choses; compl. n. de personne). Toucher, tenir à cœur. Importer, toucher. || Son opinion m'intéresse beaucoup. || Les soucis des autres n'intéressent personne. || Rien ne l'intéresse que ses enfants, que son travail… || Cela ne m'intéresse pas (→ Peu me chaut, peu m'importe).
12 La misère d'un enfant intéresse une mère, la misère d'un jeune homme intéresse une jeune fille, la misère d'un vieillard n'intéresse personne.
Hugo, les Misérables, III, IX, III.
13 C'est le sommeil qui fait ta poésie,
Jeune fille avec un seul grand bras paresseux;
Déjà le rêve t'a saisie
Et plus rien d'autre ne t'intéresse.
Cocteau, Morceaux choisis, Opéra, Jeune fille endormie.
Spécialt. Convenir à (qqn), satisfaire l'intérêt de (qqn). || Votre marché, votre proposition m'intéresse; je vais y réfléchir. || Seul un prêt à long terme peut m'intéresser. || Seriez-vous intéressé par une assurance-vie ? ( Désirer).
14 (Ils) le regardent d'un œil soudain défavorable. Ce client-là ne les intéresse pas.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. IV, IV, p. 27.
7 (Intéresser qqn à qqch.). Faire prendre intérêt, goût. || Intéresser quelqu'un à un sport, à un match de boxe (→ Honneur, cit. 24). || Pédagogue qui intéresse un enfant à son travail.Vx. || Intéresser qqn pour qqn. || « Une tendre pitié qui m'intéressa pour lui » (Galland, trad. des Mille et Une Nuits, t. I, p. 38).
——————
s'intéresser v. pron.
1 Vx. || S'intéresser pour qqn, contre qqn, lui être délibérément favorable, défavorable.
14.1 Que je sens de rudes combats !
Contre mon propre honneur mon amour s'intéresse :
Il faut venger un père, et perdre une maîtresse (…)
Corneille, le Cid, I, IV.
15 Qu'ai-je fait, que le ciel contre moi s'intéresse… ?
Corneille, la Toison d'or, V, 6.
16 Mon cœur, mon lâche cœur s'intéresse pour lui ?
Racine, Andromaque, V, 1.
2 Mod. || S'intéresser à… || S'intéresser à une personne (→ Gorge, cit. 28; haine, cit. 14). || Maître qui s'intéresse à un disciple. || S'intéresser aux enfants de quelqu'un (→ Famille, cit. 7). || S'intéresser à ce que fait qqn (→ Famille, cit. 7; 2. auspice, cit. 10), à son sort (→ Damner, cit. 8), à sa santé (→ Hécatombe, cit. 4). rare Attentionner (s'), prendre (à cœur), préoccuper (se), soucier (se). || Il s'est intéressé à vos études et m'a questionné sur vos projets d'avenir.
17 Puis, je me suis sentie abandonnée (…) personne pour s'intéresser à moi ! (…)
Mérimée, Arsène Guillot, I.
18 Un ami (…) qui s'intéressait à ses débuts, et qui avait vu de ses vers, lui conseilla alors d'en écrire souvent (…)
Émile Henriot, Portraits de femmes, p. 317.
S'intéresser à une science, une technique, un sport. Aimer, cultiver, pratiquer. || S'intéresser à des découvertes (→ Horticulture, cit.), à une question sociale, à une guerre (cit. 48). || Il ne s'intéresse pas à la politique. || S'intéresser à beaucoup de choses (cit. 21), à tout (→ Être curieux de tout). || Ne s'intéresser à rien (→ Entrer, cit. 22). || Faire mine de s'intéresser à quelque chose (→ Indifférence, cit. 7), à ce que quelqu'un dit. || Il commence à s'y intéresser.
19 On ne peut guère exiger des gens qui ont leurs affaires, leurs ambitions, leurs habitudes positives, de s'intéresser ardemment aux choses d'un monde idéal dont ils ne soupçonnent pas même l'existence.
Sainte-Beuve, Correspondance, 61, 5 janv. 1829.
20 (…) quel que soit le second métier, il importe de l'aimer, de le considérer du moins avec intérêt, et les choses sont intéressantes dans la mesure où nous nous y intéressons.
G. Duhamel, le Temps de la recherche, p. 202.
21 (…) capable de s'intéresser aussi bien aux propriétés des sections coniques qu'aux plus subtils problèmes de l'observation sentimentale et mondaine.
Émile Henriot, Portraits de femmes, p. 220.
——————
intéressé, ée p. p. adj.
ÉTYM. (1547, « lésé »).
1 Qui a un intérêt, une part, un rôle dans quelque chose (cf. En cause, en jeu, en question). || Ce papier doit être signé par la personne intéressée (→ Infidèle, cit. 9). || Les puissances intéressées (→ Curée, cit. 4). || Les parties intéressées (→ Absence, cit. 13; expédition, cit. 5). || Aventure (cit. 19) où la chair seule est intéressée.
N. (1960; 1643, « associé »). || Les intéressés (→ Falsifier, cit. 9; historique, cit. 1). || Les parents décidaient autrefois des mariages sans consulter les intéressés. || Être le principal intéressé.
22 C'est un des principaux témoins qui parle (Madame Verlaine). Mais, entre ses partisans et ses détracteurs, l'histoire du malheureux Verlaine avait été si obscurcie que ce témoignage de la principale intéressée servira très utilement à remettre au point cette triste affaire (…)
Émile Henriot, Portraits de femmes, p. 426.
2 (1640).REM. Dans cette valeur, l'adj. a pour opposé désintéressé.
a Personnes. Qui recherche avant tout son avantage personnel, et, particult, un avantage matériel ( Avare, avide, cupide; → Artificieux, cit. 4). || Un ami hypocrite et intéressé. || Vous ne le prendrez pas par les sentiments, c'est un homme intéressé qui ne fera rien pour rien (→ Homme d'argent).Âme intéressée. Mercenaire, vénal.
23 — Eh bien ! repris-je, les jeunes gens m'ont jusqu'à présent paru être plus intéressés qu'intéressants, plus occupés d'eux que de nous (…)
Balzac, Mémoires de deux Jeunes mariées, Pl., t. I, p. 162.
24 (…) personne ne vous laissera dire que le docteur Knock est intéressé. C'est lui qui a créé les consultations gratuites, que nous n'avions jamais connues ici. Pour les visites, il fait payer les personnes qui en ont les moyens… mais il n'accepte rien des indigents.
J. Romains, Knock, III, p. 144.
b (Choses). Inspiré par la recherche d'un avantage personnel. || Une amitié, une générosité intéressée. Calculé. || Conseil, avis intéressé. || Assertions intéressées qu'on ne peut accueillir (cit. 5) de confiance. || Raison intéressée (→ Expliquer, cit. 33). || Motif intéressé (→ Amour, cit. 1). || Prière intéressée (→ Blasphème, cit. 4). || Les calculs intéressés de l'avarice (→ Homme, cit. 154).
25 Mon amitié pour lui n'est point intéressée.
Racine, Alexandre le Grand, III, 6.
26 Tous ces conseils sont admirables assurément; mais je les tiens un peu intéressés, et trouve que vous me conseillez fort bien pour vous. Vous êtes orfèvre, Monsieur Josse, et votre conseil sent son homme qui a envie de se défaire de sa marchandise.
Molière, l'Amour médecin, I, 1.
CONTR. Embêter, endormir, ennuyer. — Égal (être), indifférent. — Dégoûter (de). — Désintéresser, ficher, 1. foutre (se), moquer (se).(Du p. p.) Désintéressé, généreux; gratuit.
DÉR. Intéressant, intéressement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • interesser — Interesser. v. act. Donner part à quelqu un en quelque chose d utile, faire qu il y trouve du profit. On l a interessé dans cette affaire, dans ce parti. il faut l interesser, & luy faire trouver son compte. cette affaire ne se peut faire sans… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • intéresser — (in té rè sé) v. a. 1°   Donner un intérêt matériel. On l a intéressé dans cette affaire, dans cette entreprise. •   Rullus, pour intéresser encore davantage la multitude dans la publication de sa loi, VERTOT Révol. rom. XII, p. 176.    Donner… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • INTÉRESSER — v. a. Faire entrer quelqu un dans une affaire, en sorte qu il ait part au succès. On l a intéressé dans cette affaire, dans cette entreprise.   Il signifie aussi, Donner quelque chose à quelqu un, pour le rendre favorable à une affaire, à une… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • INTÉRESSER — v. tr. Il s’est intéressé dans cette maison de commerce. On l’a intéressé dans cette entreprise. être intéressé à une chose, à faire une chose, Y avoir intérêt, y être obligé, y être engagé par le motif de son intérêt. Tous les citoyens sont… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • intéresser — vt. êtèr(è)ché (Arvillard.228 | Montagnt Bozel), intèrèssî (Albanais.001, Saxel.002), C. ind. prés. âl i nteyche <il intéresse> (Macôt Plagne), ind. fut. intèrèsseran <(ils) intéresseront> (Giettaz). A1) s intéresser : s intèrèssî vp …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • intéresser — [ɛ̃teʀese] (v. 1) Présent : intéresse, intéresses, intéresse, intéressons, intéressez, intéressent ; Futur : intéresserai, intéresseras, intéressera, intéresserons, intéresserez, intéresseront ; Passé : intéressai, intéressas, intéressa …   French Morphology and Phonetics

  • s'intéresser — ● s intéresser verbe pronominal Porter de l intérêt à quelque chose, se sentir concerné par quelque chose : S intéresser au sort de ses semblables. Éprouver de la sympathie, marquer de la bienveillance pour quelqu un : Ce jeune homme mérite qu on …   Encyclopédie Universelle

  • dedennañ — intéresser …   Dictionnaire Breton-Français

  • attacher — [ ataʃe ] v. tr. <conjug. : 1> • 1080; de l a. fr. estachier, de estache « pieu », frq. °stakka, avec changement de préf.; cf. estacade I ♦ V. tr. 1 ♦ Faire tenir (à une chose) au moyen d une attache, d un lien. ⇒ amarrer, arrimer, fixer,… …   Encyclopédie Universelle

  • cultiver — [ kyltive ] v. tr. <conjug. : 1> • v. 1200; lat. médiév. cultivare, de cultus, p. p. de colere « cultiver » 1 ♦ Travailler (la terre) pour lui faire produire des végétaux utiles aux besoins de l homme. ⇒ 1. bêcher, défricher, fertiliser,… …   Encyclopédie Universelle